Adaptation des règles COVID dans les écoles pour le bien-être de nos enfants

A l’attention de l’échevine de l’éducation de la commune d’Uccle, à la direction des centres PSE, les directions des écoles communales d’Uccle, la ministre de l’éducation et la ministre de l’enfance de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Chère Echevine, chères Ministres, Chers Directeurs/ Directrices,

Nous sommes un groupe de parents concernés par les règles actuelles concernant la lutte contre la propagation du virus COVID-19 et leur mise en pratique dans les écoles. Nous sommes très inquiets de l’impact des fermetures fréquentes des classes sur le bien-être et l’éducation de nos enfants (de tous âges) ainsi que des retards d’apprentissage conséquents qu’elles impliquent.

Après les années scolaires 2019-2020 et 2020-2021 déjà fortement impactées par les diverses restrictions et sujettes à des fermetures de classes fréquentes pour cause de détection de clusters, nous constatons que les mêmes règles et protocoles sanitaires sont toujours d'application et mis en pratique au début de cette nouvelle année scolaire 2021-22.

Or l’année passée, le vaccin était encore peu disponible, il était nécessaire de respecter et d’appliquer strictement les mesures de distanciation afin de contrôler la propagation du virus et limiter au maximum les hospitalisations et décès liés à la pandémie. 

Toutefois, cette année scolaire, il n’y a plus de pénurie de vaccins. Une grande partie de la population a fait le geste citoyen de se faire vacciner pour “sortir de la pandémie” ou du moins en ont eu la possibilité et l'ont refusée par choix, ce que nous respectons. De plus, il est aujourd’hui prouvé scientifiquement que la vaccination permet d’éviter le développement de complications chez les personnes infectées et ainsi limiter très fortement les hospitalisations et décès. 

Est-ce donc légitime de pénaliser des cohortes d’enfants en limitant l’accès à l’instruction depuis plus d’un an et demi? 

Est ce faire preuve de mesure que de considérer que 2 élèves positifs dans une classe sur 14 jours constituent un “cluster”?

Est-ce justifié de mettre en quarantaine 120 élèves sur 380 pour potentiellement deux  élèves infectés par classe, comme dans le cas récent de l'école communale de Saint-Job (selon la presse)? 

Dès lors, nous vous demandons de réévaluer les pratiques actuelles pour davantage mettre en avant le bien-être de tous les enfants et ainsi de respecter leur droit constitutionnel de pouvoir aller à l’école et de s’instruire.

Notre demande ne vise pas à la mise en place de garderies dans les écoles mais bien à garantir la continuité d’apprentissage nécessaire à l’épanouissement de nos enfants. 

Nous vous remercions de prendre en considération notre demande et sommes naturellement disponibles pour échanger dans le but d’ arriver à un meilleur équilibre entre la lutte contre la pandémie et le bien-être de nos enfants.

Cette lettre est co-signée et supportée par la ASPA (l’Association des parents de l’école communale de Saint-Job).

Cette lettre ouverte a aussi été communiquée à "La ligue des familles” et à la Task Force Pédiatres pour leur avis et soutien.


Sebastian Falkenberg, Jessica Axmacher, Catherine Delstanche, Anna Molné Gasia, Pierre Cowez, Laurent Detalle, l'Association de Parents de l'école communale de Saint-Job    Contacter l'auteur de la pétition

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Sebastian Falkenberg, Jessica Axmacher, Catherine Delstanche, Anna Molné Gasia, Pierre Cowez, Laurent Detalle, l'Association de Parents de l'école communale de Saint-Job à transmettre les informations que je fournis sur ce formulaire aux personnes ayant un pouvoir de décision sur cette question.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitionenligne.be à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas confirmer votre signature en répondant à ce message.




Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...