Sauvez le Théâtre du Trocadéro de Liège et ses productions de revues à la Parisienne!

  Le Théâtre du Trocadéro de Liège, salle classée d’une capacité de 650 places, est une salle plus que centenaire située dans le centre historique de la ville.  

Cette salle appelée « la bonbonnière du Trocadéro » est reconnue pour sa convivialité et la chaleur de son accueil tant par les Liégeois que par les artistes qui s’y produisent.

C’est par essence le théâtre populaire de Liège et sa région.  

Le Trocadéro est depuis sa création un théâtre privé, il est géré depuis 1960 par la famille de Lambert Lemaire et ses descendants.

Le théâtre n’est PAS reconnu par la Fédération Wallonie-Bruxelles et n’est donc pas subsidié !  

Il est cependant astreint aux mêmes règles de sécurité et de travail que les autres théâtres de la ville.  

Le Trocadéro est connu et reconnu pour ses productions de revues dites « à la Parisienne » ; ces productions liégeoises sont jouées chaque année entre 30 et 50 fois et drainent une clientèle très large aussi bien de Wallonie, Bruxelles, de Flandre, mais également de spectateurs venant de France, Hollande, Allemagne pour y découvrir un spectacle de qualité que seul le Trocadéro produit en Belgique.  

En complément de ces productions, le théâtre accueille chaque année des dizaines d’autres productions aussi bien musicales, théâtrales que d’humour et de variété, permettant aux artistes reconnus, mais également débutants de se produire dans de bonnes conditions dans une salle qui est qualifiée bien souvent de « mythique ».  

La crise du Coronavirus a vu la fermeture du théâtre depuis le mois de mars.   Sa réouverture sera chaotique et incertaine au vu des obligations qui sont mises en place qui oblitèrent fortement sa capacité d’accueil et augmentent fortement les frais de mise en sécurité des acteurs et spectateurs.  

La Fédération Wallonie Bruxelles a mis en place toute une série d’aides et de financements à l’attention du monde culturel ; cependant, le Trocadéro n’étant PAS reconnu n’a PAS accès à ces aides et financements.  

Pour survivre financièrement ces six derniers mois et remplir ses obligations de maintien des lieux en état, le Trocadéro a mobilisé TOUTES ses ressources, mais a également injecté dans cette survie les sommes nécessaires à la production de sa prochaine création de revues.  

 

réduite1.jpg

La société de gestion est maintenant acculée financièrement ; les charges mensuelles de conservation des lieux, de remise en fonctionnement, continuent d’affluer sans que la moindre somme d’argent ne puisse être perçue faute de représentations.  

Les nouvelles normes qui sont petit à petit mises en place voient l’ensemble des spectacles programmés reportés faute de rentabilité et de coûts de fonctionnement vertigineux.  

Il ne nous est plus possible de continuer à travailler et à maintenir les lieux sans ressources.  

Nous demandons en derniers recours  

-          Une intervention rapide des pouvoirs publics dans une reconnaissance même temporaire et l’octroi des aides qui y sont jointes

-          Un soutien financier à la hauteur des frais encourus,

-          Un refinancement permettant la création, la mise en place et les représentations d’une future revue,  

 

Sans l’activation de ces demandes et financements, nous serons dans l’immense tristesse de devoir placer les sociétés gérantes du théâtre en faillite.   Cette faillite entraînera des pertes d’emplois, la disparition d’un « savoir-faire » acquis depuis des dizaines d’années, mais également l’éparpillement de matériel, d’archives et de costumes précieux et particuliers dont seul le Trocadéro est détenteur.  

C’est pourquoi nous vous adressons cette lettre ouverte forte d’une adhésion populaire afin de préserver et de permettre un avenir au Trocadéro et plus particulièrement à ses spectacles de revue !  

 

Recevez, Mesdames, Messieurs nos respectueuses salutations.

Le Trocadéro de Liège.

A l'attention de Madame la Ministre de la Culture de la Fédération Wallonie Bruxelles, Mesdames et Messieurs les Ministres Fédéraux, de la Région Wallonne et de la Fédération Wallonie Bruxelles, Mesdames et Messieurs les Députés fédéraux, de la Région Wallonne et de la Fédération Wallonie Bruxelles, Aux Parlementaires fédéraux, de la communauté Française, de la Région Wallonne et de la Fédération Wallonie Bruxelles A Monsieur Demeyer, Bourgmestre de Liège, A Monsieur Hupkens, Echevin de la Culture de Liège, A Madame la Première Echevine et échevine du Patrimoine, Madame Defraigne, A Mesdames et Messieurs les Echevins de la Ville de Liège, A Mesdames et Messieurs les conseillés communaux de la Ville de Liège, Aux Bourgmestre des communes de la Province de Liège, A Monsieur Luc Gillard, Député-Président du Collège provincial, Aux membres du Conseil Provincial de la Province de Liège,   

 


Michel Depas, Directeur du Trocadéro de Liège    Contacter l'auteur de la pétition

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Michel Depas, Directeur du Trocadéro de Liège à remettre ma signature à ceux qui ont le pouvoir en la matière.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitionenligne.be à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas confirmer votre signature en répondant à ce message.

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...