Plaidoyer des artistes de la FWB : Pour augmenter les quotas de diffusion radio des artistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles



PLAIDOYER DES ARTISTES
DE LA FWB  

Depuis mars dernier, nous vivons une situation exceptionnelle. Toutes et tous uni·e·s. Parfois confiné·e·s, parfois en première ligne, à oeuvrer à travers un travail essentiel pour la société.  

Nous, artistes, auteurs, autrices, compositeurs, compositrices et interprètes de la Fédération Wallonie-Bruxelles, sommes depuis à l’arrêt. Plus de concerts. Plus de festivals. Plus de studios. Plus de répétitions non plus. Ce temps, en suspens, nous ramène à la dure réalité de notre métier en Belgique. La crise a mis en évidence les fragilités du secteur de la culture. Et le danger aujourd’hui est bien réel, qu’un grand nombre d’entre nous disparaisse complètement du paysage culturel dans les mois à venir. En Belgique, on a la chance d’avoir un réel vivier d’artistes talentueux·ses qui travaillent avec acharnement et passion. Ils enrichissent notre quotidien et participent au rayonnement de la culture belge à travers le monde. S’il y’a un message à retenir, c’est celui-ci: soyons fier·e·s de nos artistes!
  
Message aux diffuseurs et aux autorités publiques compétentes  

Nous proposons d’augmenter les quotas de diffusion radio des artistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Aujourd’hui ces quotas sont fixés à 6% pour les radios privées et 12% pour les radios du service public. Nous proposons de les augmenter à 15% et 25% . Il est également nécessaire d’appliquer des sous-quotas de diversité , pour encourager les programmateurs à donner leur chance à des artistes remarquables dans des styles musicaux parfois moins ‘grand public’. Cela permettrait d’enrichir l’offre culturelle des radios ainsi que l’expérience de l’auditeur·trice, tout en gardant l’ensemble des diffuseurs sur un pied d’égalité. Il est aussi nécessaire de préciser que ces quotas doivent être mesuré en journée , entre 6h et 22h pour éviter la diffusion massive de nos artistes durant la nuit pour atteindre ces quotas sans adapter les grilles horaires à plus grande écoute.

A titre de comparaison, la France impose à ses radios de programmer au minimum 40 % d’artistes français, le Portugal 25-40% le Québec 35% et nos voisins flamands 25%. Et si cette solution est déjà appliquée un peu partout ailleurs, c’est parce qu’elle permet de créer un cercle vertueux. En effet, plus de passages radio, c’est plus de droits d’auteurs et donc un apport financier direct durant cette crise et au-delà. C’est aussi, et surtout, plus de visibilité . Ce qui entraîne, plus de ventes d’albums, plus de streams et plus de ventes de places de concerts . Cette nouvelle source de revenus nous permettra alors d’ investir dans nos projets pour en améliorer la qualité, notamment en engageant des professionnels du secteur, qui eux aussi, en ont plus que jamais besoin : Musicien.ne.s, technicien.ne.s son et lumière, manageur.se.s, attaché.e.s de presse, tourneur.se.s, danseur.se.s, vidéastes, photographes, scénographes, graphistes et plus encore.

Depuis le début du confinement, plusieurs appels ont été lancés aux diffuseurs afin de les engager dans un vrai mouvement de solidarité envers les artistes locaux. Nombre d’entre eux ont répondu à l’appel et ont déjà augmenté considérablement la part de musique belge dans leurs programmations ces dernières semaines, ce qui laisse entrevoir une tendance positive. Nous souhaitons la pérenniser en engageant un vrai dialogue en toute transparence avec l’ensemble des chaînes publiques et privées, ainsi qu’avec les autorités publiques compétentes. L’opportunité de mieux comprendre les réalités et nécessités des diffuseurs et des artistes afin de créer un climat de confiance propice au développement d’un secteur musical solide, riche et diversifié, ce qui est dans l’intérêt de tous et toutes.

Venir en secours aux plus fragilisé.e.s du secteur

La plupart des travailleur.se.s de la culture ont des activités et revenus particulièrement instables, ils travaillent principalement avec des contrats de courte durée. Déjà dans une situation précaire avant la crise, l’arrêt quasi total de leurs activités professionnelles pendant plusieurs mois les rend plus vulnérables que jamais. Une majorité d’entre eux/elles ne bénéficie ni de subsides, ni du statut d’artiste (chômage) et rien n’est prévu aujourd’hui pour leur venir en aide. Ils/elles constituent la colonne vertébrale d’un secteur qui représente 200.000 emplois et 5% du PIB, mais ils/elles sont pourtant laissé·e·s à l’abandon. Il faut d’urgence leur venir en aide! D’après l’enquête de la BNB, 39% des entreprises actives dans les arts, la culture et l’événementiel s’attendent à devoir mettre prochainement la clé sous le paillasson.

Plusieurs représentants du secteur, comme l’Union des Artistes, FACIR (Fédération des Auteurs, Compositeurs et interprètes Réunis), ou encore le tout nouveau CCMA (Comité de Concertation des Métiers des Musiques Actuelles) tentent de faire entendre leur voix auprès du monde politique. Ils proposent une série de solutions concrètes, réalistes et absolument nécessaires, que nous vous invitons à découvrir à travers les liens ci-dessous. Malheureusement, à ce jour, ces propositions restent en grande majorité en suspens.  

Union des Artistes: https://uniondesartistes.be/
Facir: http://facir.be/

Message aux amateurs et amatrices de musique, de concerts, de festivals

On vous invite à aller faire le plein de musique belge sur les plateformes de streaming ! Il existe déjà plusieurs playlist dédiées à nos artistes. C’est l’occasion de découvrir plein de talents locaux.  

● Streamit #1 / #2

● Soutien aux artistes belges et labels indépendants

● Court-Circuit

● Wallonie-Bruxelles Musiques 

● Sabam for Culture

Si le Streaming boost à la visibilité des artistes, l’apport financier qui en découle reste largement insuffisant pour la plupart d’entre nous. En effet, Spotify rémunère environs 0,0044 € par stream, il faut donc 2.300 streams pour générer 10 €. En comparaison, en achetant l’album digital ou physique d’un artiste, ce sont 10-15-20 € directement dans la poche de cet artiste et des structures et professionnels qui l’entourent. C’est la manière la plus directe et efficace de soutenir vos artistes préférés.  

En deux mots: PLAY LOCAL #playlocal #jecoutedubelge  
Merci beaucoup, nous espérons vous revoir très vite dans les salles de concerts et festivals.

En attendant, prenez soin de vous!  À bientôt,

Streamit #1
Spotify : https://open.spotify.com/playlist/1FvQe5foRpeBdOArYn35SX
Deezer : https://www.deezer.com/us/playlist/7545675982

Streamit #2
Spotify : https://open.spotify.com/playlist/70FbgpllUBPWtr69LCCFNL
Deezer : https://www.deezer.com/us/playlist/7496602964

Soutien aux artistes et labels indépendants belges
Spotify : https://open.spotify.com/playlist/6vCuOdHYgPXZxgfp4c1C4n
Deezer : https://www.deezer.com/us/playlist/7487809224

WBM April 2020
Spotify : https://open.spotify.com/playlist/51zb7FGjVOzzajPHW5BXqh

Court Circuit - Up and Coming
Spotify : https://open.spotify.com/playlist/5FcJTU0BHmKvmuranwQVj9

Sabam for Culture
Spotify : https://open.spotify.com/playlist/4jh0ZRFuy63dx3kBItzi3H
Deezer : https://www.deezer.com/en/playlist/7433792084


Soutien aux artistes belges et labels indépendants    Contacter l'auteur de la pétition

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Soutien aux artistes belges et labels indépendants à remettre ma signature à ceux qui ont le pouvoir en la matière.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitionenligne.be à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas confirmer votre signature en répondant à ce message.

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...