Soutenez la parole authentique et légitime d'un enseignant de terrain.

Commentaires

#7

Je suis entièrement d accord

Fany Matis (Couvin, 2018-06-22)

#11

Je souhaite que l'enseignement reste un terrain d'apprentissage et d'épanouissement pour les élèves et non un endroit de stratégies et de managements irréfléchis

Murielle Pinot (Yves-Gomezée, 2018-06-22)

#14

À 200% derrière vous, monsieur !

Michaël Brzezinski (Liège, 2018-06-22)

#19

Je suis d'accord et je suis démotivée depuis une semaine à cause du niveau des questions du ce1d math, des critères de correction de celui-ci et parce que seul le ce1d compte. Je suis également démotivée par le passage automatique de 1ère commune en 2e commune. J'ai peur du pacte "d'excellence" et je trouve que le ce1d et le passage automatique donnent un mauvais message aux parents et aux élèves.

Catherine Cambiet (Binchr, 2018-06-22)

#20

Je suis, moi aussi, fatiguée de contribuer à un système qui marche sur la tête, fait fi du plus élémentaire bon sens, confond égalité et équité, n'a aucun respect pour ses acteurs. Bref, court à sa perte, laissant des générations de gosses sur le bas-côté. Fatiguée.

Carole Piront (Verviers, 2018-06-22)

#23

Je refuse de sacrifier mes élèves au nom de l'excellence

Didier Schoefs (Juprelle , 2018-06-22)

#24

Je signe parce que j'ai aussi quitté l'enseignement après plus de 25 années d'interims comme institutrice primaire. Aujourd'hui je veux ouvrir ma maison d'enfants où les enfants recevront un enseignement alternatif et démocratique.

Sabine Van Essche (Tournai, 2018-06-22)

#25

C'est essentiel de confier l'avenir de l'enseignement aux enseignants qui sont sur le terrain et pas à des bureaucrates ou à des politiciens pour assurer l'avenir.

Yvonne Pierard (Woluwé St Lambert, 2018-06-22)

#27

je me retrouve à plusieurs égards dans les revendications de Benjamin Vandevandel.
Et ceci en tant qu'instituteur dans l'enseignement spécialisé type 8 depuis 29 ans.

damien fiorilli (1300 - Wavre, 2018-06-22)

#28

Je signe parce que je partage entièrement l’avis de ce collègue !

Brigitte Bachely (Bertrix , 2018-06-22)

#35

Parent, je trouve inadmissible de tirer nos enfants vers le bas, d'en faire des moutons, de les priver d'une vraie éducation comme nous l'avons reçue, avec ses devoirs, ses leçons, ses vrais examens...

Alda Veneruz (Olne, 2018-06-22)

#46

c'est tout à fait ce que mon mari (enseignant) vit et ressent ...

Murieel DECONINCK (6032 Mont-sur-Marchienne, 2018-06-23)

#50

Je signe parce que après 30 ans de métier, je ne reconnais plus mon boulot. Je l'adore pourtant, j'aime profondément enseigner, transmettre, faire en sorte que chaque enfant qui m'est confié se sente bien, ait envie d'apprendre et s'épanouise dans mon cours. Et j'ai maintenant l'impression d'avoir tout faux.... C'est comme ça qu'on brise des vocations.... Et l'enseignement doit être une vraie passion, une vocation....

Heidi Hotton (Herbeumont, 2018-06-23)

#59

Je signe parce que je partage chaque idée, chaque phrase, chaque mot de ce qui est exprimé avec une remarquable complétude dans la description dramatique de ce qu'est devenu l'excellent enseignement que nous avions avant l'immixtion des pédagogues et maintenant du monde de l'entreprise dans l'enseignement!

Marie Jaspers (Beaufays, 2018-06-23)

#61

Je suis enseignant et partage totalement ces vues.

Stéphane Leonard (Athus, 2018-06-23)

#65

Je suis entièrement d'accord avec mon collègue et je veux retrouver de la sérénité dans nos écoles pour un enseignement de qualité avec des enseignants heureux! Je veux que la première place soit à nouveau donnée , à la fois, aux enseignants et aux enfants qu'on nous confie!
Je veux garder ma liberté pédagogique et je n'accepte pas d'être un pion qu'on déplace sur un échiquier ! Enfin, tout simplement, je veux que me respecte, qu'on nous respecte, nous les enseignants dont la tâche est de former le citoyen de demain!

Cégé Tortue (Ath, 2018-06-23)

#66

ras-le-bol de ce que l'on fait de l'enseignement

Véronique Lenoir (Chièvres, 2018-06-23)

#82

Inquiète en voyant les ravages qui se préparent dans l'enseignement.
Ayant adoré enseigner, je suis solidaire des professeurs qui craignent ce pacte d'excellence.
J'ai beaucoup de craintes pour mes petits-enfants!

Michèle Etienne (Gembloux, 2018-06-23)

#87

Je suis enseignante mais surtout maman et citoyenne !

Nathalie Cavelier (Andrimont , 2018-06-23)

#89

Triste de voir où on amène nos étudiants !

Jacqueline Noirhomme (Seraing, 2018-06-23)

#94

Depuis des années, je trouve que l'enseignement est en perdition, et que de réformes en réformes, on aggrave la situation au lieu de l'améliorer. On diminue sans cesse les socles de compétences au risque de former des générations de crétins, tous formater dans le mêle moule, mais incapables de réfléchir. Sous prétexte de donner le même chance à tous les enfants, on occulte le fait que certains ne sont pas scolaires et on supprime le filières techniques et professionnelles dans lesquelles certains pourrait s'épanouir. On veut formater tout le monde de la même manière, bref faire des robots.

Joëlle Verlaine (Couthuin, 2018-06-23)

#99

Quarante années de carrière dans les enseignements secondaire et universitaire bruxellois m'ont convaincu de l'absence de discernement, mais aussi d'honnêteté intellectuelle, de la part de nos décideurs politiques et de leurs conseillers, autoproclamés "experts en sciences de l'éducation".

Philippe Desy (Bruxelles, 2018-06-23)

#101

L'avis est plus que partagé. Ras-le-bol dé voir mon métier décrié par l'opinion publique et les parents, marre du manque de motivation de mes élèves... marre du système qui enlève toute crédibilité à notre métier ! Je suis prof de géo et on va nous l'enlever d'ici quelques années ! Du grand n'importe quoi quand on voit qu'à 15 ans, ils ne savent toujours pas où se situe Charleroi, les pays européens, ...

Corinne Estievenart (Peruwelz, 2018-06-23)

#105

J'ai exercé mon métier avec plaisir, mais je ne voudrais,plus y être maintenant - avec toutes les inepties que nos ministres avec leurs cabinets et les pédagogues de chambre qui n'ont strictement aucune idée du terrain nous concoctent au dépit du bon sens!
Je soutiens donc de tout coeur mes collègues encore actifs obligés de suivre toutes ces inepties.

Josephine Paulus (LIEGE, 2018-06-23)

#111

je signe parce que je suis très inquiète du futur de mes enfants

stéphanie dauchot (Dison, 2018-06-23)

#115

Je suis tout ar fait d'accord et j'ai presque le même vécu que cet enseignant.
Ce qui se passe est grave, nous sommes entrain de sacrifier des générations entières...
On ne les prépare au monde demain...
Je pourrais aussi écrire un texte bien long pour compléter ce qui a été dit mais je suis fatiguée...
J'adore mon métier mais cela devient de plus en plus épuisant de se battre à contre sens...

Élise SpMa (1150, 2018-06-23)

#123

Je suis enseignante et que je me reconnais tout à fait dans ce témoignage. J'ai fait une pause de 3 ans pour revenir à l'enseignement et je constate qu'il faut changer l'enseignement mais, ce que nous propose ce pacte c'est du grand n'importe quoi ! J'enseigne les Sciences au premier degré et mon programme n'a plus été modifié depuis 18 ans !!! Alors qu'il a été modifié 2 fois au 2ème et troisième degrés... Voilà une piste, madame la ministre.

Muriel Navez (Marcinelle , 2018-06-23)

#125

Nos enfants ont droit à une formation de qualité et les mieux placés pour indiquer la manière de procéder sont les gens de terrain!

Laurence Adam (Les Bons Villers, 2018-06-23)

#127

Tout est dit. ... retour à l'exigence pour un enseignement digne de ce nom.
Je signe parce que je salue les gens qui se bougent, qui cherchent à re(trouver) le sens premier de notre métier. Merci.

Francoise Henin (Namur, 2018-06-23)

#128

C'est exactement le reflet de ma pensée, et j'enseigne depuis 30 ans ! Mais ... "Te veel is te veel" !

Vincent Hanon (Daussoulx (Namur), 2018-06-23)

#129

Je suis diplômée AESI en mathématiques et physique depuis 1998. Je travaille donc depuis 20 ans comme prof de math en première, deuxième commune et en troisième générale dans une école dite favorisée du nord de Bruxelles. Je partage à 100% le sentiment de Monsieur Vandevandel. Je crois qu’il est urgent de rendre aux enseignants le pouvoir de décider de ce qui sera bon pour les élèves et pour l’École.

Isabelle De Jongh (Bruxelles , 2018-06-23)

#130

Je signe car je suis entièrement d'accord avec ce qui est dit dans cette lettre, et j'en suis bien triste.

catherine dusoulier (saint remy, 2018-06-23)

#135

Mon fils a 11 ans et je m'inquiète énormément pour son avenir

Paola Tozzo (Wasmes, 2018-06-23)

#138

Ce n'est pas le métier que j'ai choisi...
Ce n'est pas non plus l'école/l'enseignement que je souhaite pour mes enfants!

Mélanie Février (Namur, 2018-06-23)

#141

Parce que je suis enseignante et que je partage totalement ce point de vue.

Aline Beeldens (Bruxelles , 2018-06-23)

#143

J'ai peur pour mon avenir en tant que prof et, surtout, pour celui de ma fille!!!

Annick Autmanns (Wegnez, 2018-06-23)

#151

Contre l'utilitarisme et la réduction de nos enfants à des ressources économiques. Contre le Pacte de l'Inégalité des chances. Contre l'anéantissement des notions d'enseignement et d'université par des technocrates à la botte de l'OCDE.

Pour la réhabilitation des enseignants et de leur mission dans la construction de la société.

Marie-Noëlle Defresne (Liège, 2018-06-23)

#152

car le non pacte de non excellence est la réforme budgétaire la plus catastrophique jamais envisagée dans l'enseignement. Réforme qui va diminuer la maîtrise des savoirs et creuser davantage les inégalités

jules jasselette (LIEGE, 2018-06-23)

#167

Je pense que l on va vers un enseignement de moins en moins bon. Il nivelle vers le bas.

Debora Decock (Falisolle , 2018-06-23)

#173

Contre la débilité de ce pacte ...

Myriam Michel (Koekelberg, 2018-06-23)

#181

Je pense que les acteurs de terrain doivent être plus écoutés, ... et respectés.

Michel Cayphas (Lessines, 2018-06-23)

#182

Merci à cet enseignant d'oser écrire et diffuser ce que tout le monde pense tout bas depuis si longtemps.Je souscris totalement à chacun de ses propos et j'espère que cela soulèvera la chape de silence qui s'est abattue sur le monde enseignant depuis les grèves des années 90.

annick grevesse (saintes, 2018-06-23)

#185

C est criant de vérité

Pierre Droussin (Ciney, 2018-06-23)

#194

J'adhère entièrement à l'analyse de la situation de l'enseignement : j'y ai consacré plus de 40 ans. De réformes en réformes, j'ai vu mes élèves devenir des résultats statistiques, des matières premières qu'il fallait transformer en produits finis à haute valeur ajoutée, le nombre d'élèves transformé en parts de marché,..
De réformes en réformes, j'ai vu licencier de jeunes temporaires motivés parce que le calcul de l'encadrement avait changé (NGPP devenu NTPP): ils ne sont jamais réapparus même aux premiers signes de pénurie. Par contre, le jargon s'est enrichi de titres suffisants et d'articles 20...
De réformes en réformes, j'ai affiné ma manière de voir mes collègues. Au début, je voyais des enseignants engagés, investis d'une mission et des fonctionnaires qui ont contribué à la détérioration de l'image du Maître, en ne faisant que le minimum minimorum, mais au moins,ils continuaient à transmettre ; ensuite, le nombre des premiers a diminué et le 2ème groupe s'est divisé en enseignants fonctionnants et non fonctionnants.
De réformes en réformes, j'ai vu le système d'évaluation changer. Lutter contre l'échec ! Sur le principe, je signe à 2 mains. Quant à la manière...davantage de documents à remplir (cocher des cases, motiver les échecs,...) et de moins en moins de temps pour la pédagogie , pour l'humain...: voilà pour les professionnels de l'école. Et pour les élèves, disparition de la notion d'efforts, de travail..."on passe quand même " et de toute manière, c'est la faute au prof!
Malgré ce qui précède, j'ai aimé cette profession; j'ai des craintes pour mes petits enfants ; j'espère que j'aurai assez de temps, d'énergie pour leur transmettre l'amour de leur langue maternelle, la lecture et l'esprit d'analyse, l'esprit critique...à moins qu'en point de mire, c'est ce dernier qu'on veuille faire disparaître.

Nicole ANTOINE (Jodoigne , 2018-06-23)

#196

Je signe parce que je suis jeune enseignante et que malgré une motivation et un amour profond pour l’enseignement, en voyant les réformes arrivées, je commences déjà à penser à une alternative à l’enseignement public. Système dans lequel tout se termine par un CE1D parfois mal conçu et pas adapté à mes élèves. Une réussite à 50%, c’est à dire qui se contente d’un élève qui maitrise la moitié des « compétences » à acquérir. Les fameux recours qui ancre bien l'idée de remettre constamment en doute les choix des enseignants. Et enfin avec des élèves en première année qui arrivés en juin qui se rappellent le passage automatique et qui donc considère l’étude inutile.

Delphine Margerin (Keerbergen, 2018-06-23)

#199

Je suis globalement d'accord avec ce qui est dit.

Françoise Miele (Bruxelles, 2018-06-23)

#200

Je n'aurais pas mieux écrit ce que nous vivons dans l'enseignement.
Je signe parce que je suis d'accord avec ce texte.

Nathalie Vhr (Bruxelles , 2018-06-23)

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...