Non à l'abattage du hêtre remarquable du casino de Namur !

Commentaires

#602

Il faut garder des arbres en ville, car ils sont le poumons de ces villes.
Ils maintiennent également les terres en place avec leurs racines

Monique Toussaint (SAINT-AMAND , 2020-05-02)

#608

A quoi sert le mot "classé" si le politique lui même ne le respecte pas. Le bâtiment a été construit APRES l'arbre non d'un chieniiii

françoise macon (liège, 2020-05-02)

#619

Je veux croire au bon sens et à l'honnêteté des élus qui peuvent sauver ce patrimoine. Arrêtons de faire le jeu du démon nommé fric !

Martine Cottenet (CHAMPSAC, 2020-05-02)

#628

Parce que j'ai encore espoir qu'une pétition puisse arriver à ses fin... mais aux vues des décisions politiques (parc Léopold) en complet désaccord avec la population j'ai un gros doute sur le poid de celle ci .... Ils n'en feront qu'à leur tête comme d'habitude !

BERTRAND Coulon (Soignies, 2020-05-02)

#631

J'en ai marre que la "Ville" de Namur continue à détruire ou à laisser détruire le peu d'espaces verts dans la ville. On préfère y mettre un parking, une terrasse, un casino, un centre commercial...cela rapporte bien plus évidemment.

Jief-François Piéret (Namur, 2020-05-02)

#632

Cet arbre est magnifique et a tellement plus de valeur qu'un projet immobilier. Mettons les en valeur au lieu de les détruire!

Christelle Devos (Ermeton-sur-Biert, 2020-05-02)

#633

Pour éviter que nos descendants ne vivent dans un monde sans arbre.

Eugène Lahy (LA BRUYERE, 2020-05-02)

#642

A quand le respect de la nature à qui nous devons tellement ?

Christine Gomes (Châlons , 2020-05-02)

#647

Un vieil arbre est un lien incontestable pour bien des personnes à nos souvenirs ,à notre ville, au temps et les saisons qui passent, à la rêverie, à la vie. On s'y accroche parfois, souvent parce qu'on sait qu'ils seront là encore pour nos enfants,petits enfants quand nous ,nous serons déjà morts....Pour cet arbre, ce serait bien de faire un sondage et de l'intégrer dans ce projet d'extension du casino qui lui aussi fait partie de la vie de bien des namurois. N'allons pas trop vite🐌

Marie Henry de Frahan (Gentinnes, 2020-05-02)

#654

Ne le coupez pas!!!

Lucius Chindulopandax (Liège, 2020-05-03)

#655

Je signe parce que abattre un arbre n’est pas un signe anodin et qu’il faut conserver a fortiori les arbres remarquables et de houppier très volumineux, donc très bénéfiques pour l’homme et pour le climat. En tant que porte-parole du Collectif pour les arbres, la biodiversité et la santé, je copie ci-dessous l’Appel pour les arbres, la biodiversité et la santé, version du 21 mars 2020, André Robe.
Collectif pour les Arbres, la Biodiversité et la Santé
Contact : robe.cmee@gmail.com

APPEL pour les Arbres, la Biodiversité et la Santé
Planter des arbres ; éviter d’en abattre en milieu urbain
Version 21 mars 2020

MMmes les Ministres bruxellois.es
Copie pour transmis à :
Madame la Première Ministre
MMmes les Bourgmestres
Bruxelles Environnement
Mme le Fonctionnaire Délégué

Mesdames, Messieurs les Ministres,
Mesdames, Messieurs,

Objet : Gestion écologique durable des arbres dans toute la Région bruxelloise

Planter un arbre est apporter vie et biodiversité

Abattre un arbre n’est pas anodin

Responsabilisation – Inventaire descriptif et valorisé

Vers une Charte de l’Arbre en Région bruxelloise

Abstract :
L’arbre est l’image de la vie, du bien-être et de la pérennité. L’arbre est le sigle de divers pays, communes, entités publiques ou privées ou associatives.
Des études montrent que l’arbre est une des manières d’apporter l’oxygène et la vie sur terre et que la reforestation est la meilleure arme contre le réchauffement climatique.
La difficulté de trouver des terres ou des lieux pour planter/ajouter des arbres, rend impératif de gérer les arbres de manière écologique durable, d’abattre le moins possible d’arbres, de ne pas construire dans les espaces verts, de débétonner (et déminéraliser).
L’enjeu est de rendre la ville résiliente et d’améliorer la qualité de l’air, la qualité de vie.
Il convient d’insister : défendre l’Amazonie et les arbres en ville, c’est le même combat.


1. Préambule. Contexte fondamental
Le "Collectif pour les Arbres, la biodiversité et la santé" a lancé l’Appel éponyme en 2018 et l’actualise régulièrement. Il veut protéger le patrimoine naturel, culturel et paysager. Il vise à planter des arbres, planter des ferments de culture, réduire l’abattage des arbres au strict minimum.
L’arbre est l’image de la vie, du bien-être, de la variété, de la pérennité. L’arbre est le sigle de divers pays, communes, entités publiques ou privées ou associatives. L’arbre grandit, se pare de feuilles, de fleurs et de fruits, abrite oiseaux, insectes et faune variée, donne de l’ombre et de la fraîcheur, décore, colore, murmure, bruisse, chante et enchante…
« La Convention Européenne du Paysage, adoptée à Florence en 2000 et ratifiée par la Belgique en 2004, vise à promouvoir la protection, la gestion et l’aménagement des paysages, notamment en milieu urbain, et encourage l’intégration du paysage dans les politiques d’aménagement du territoire et d’urbanisme. » (Extrait d’un avis de la CRMS)
A l’instar de l’Equateur qui a inscrit les Droits de la Nature dans sa Constitution en 2008, et des pays qui ont fait pareil, le Collectif demande à la Belgique d’inscrire les Droits de la Nature dans sa Constitution, et à l’Europe de faire pareil dans ses fondements et valeurs.
Par analogie, le Collectif demande à la Région bruxelloise d’ajouter d’urgence le respect des Droits de la Nature dans sa Déclaration de politique générale, puis de l’inscrire dans le Plan Nature, le PRDD, le Plan Energie - Climat, le CoBAT, le Plan Good Move, les planifications...
L’enquête publique concernant le Projet de Plan de Gestion de la Forêt de Soignes (juin-juillet 2018) a été l’occasion d’y approfondir la réflexion sur la gestion écologique des arbres et d’initier notre demande d’étendre la gestion écologique à la totalité du territoire de la Région de Bruxelles-Capitale, y compris les arbres des voiries.

Il existe un Guide de l’arbre en ville : " L'arbre en milieu urbain, acteur du climat en Région Hauts-de-France", ADEME, 2018. Ce guide corrobore les constats du Collectif, décrit plusieurs effets écosystémiques des arbres, résume des exemples de bonne pratique en France et au Canada. http://www.arbre-en-ville.fr/wp-content/uploads/2019/05/Guide20l27arbre20acteur20du20climat20en20milieu20urbain202018.pdf

L’urgence climatique et l’urgence biologique se sont confirmées cruciales par les rapports du GIEC de fin 2018 et de l’IPBES (Plateforme internationale pour la biodiversité et les services écosystémiques : rapport de l’état de la biodiversité planétaire, et des services écosystémiques y liés, présenté à la réunion internationale, à Paris, en mai 2019), outre le rapport du WWF (disparition alarmante des espèces animales et végétales, 6e extinction de masse).

Précisément, par leurs effets écosystémiques, les arbres sont des acteurs bénéfiques du climat et de la biodiversité.

Le chercheur belge JF Bastin a publié un article dans la revue Science. (cfr son interview à la RTBF radio le 1.8.19). Vu la capacité de captage/stockage de CO² par les arbres, la reforestation est un moyen simple et naturel de lutter contre le réchauffement climatique ; pour abaisser le taux de CO² de la planète entière au niveau préindustriel, il faudrait boiser l’équivalent de la surface des USA. Cet article a été communiqué au GIEC.
https://www.rtbf.be/info/societe/detail_la-reforestation-la-meilleure-arme-contre-le-changement-climatique?id=10263389

Une étude publiée sur le site de l’IRSNB le 15.01.2020 révèle l’intérêt primordial de conserver les espaces naturels existants en milieu urbain. Lien : https://www.naturalsciences.be/fr/news/item/18570

Dans une résolution adoptée le 16 janvier 2020, le Parlement européen exhorte la Commission à redoubler d’efforts pour protéger la biodiversité.
https://www.google.com/url?rct=j&sa=t&url=http://www.journaldelenvironnement.net/article/biodiversite-bruxelles-sommee-d-accroitre-ses-efforts,102591&ct=ga&cd=CAEYAyoTNzI0NjE3NzY2ODkzMTAxNzYwNjIaYTA4M2I1YzhiNmNiY2NhOTpjb206ZnI6VVM&usg=AFQjCNH7OAq_vE-PhmaLulFSt8yLSU4mWQ

L’émission Reporters de RTL du 24.01.20 sur « La vie mystérieuse des arbres » ébauche leur intelligence biologique, leur rôle bienfaisant pour l’homme et souligne la
"Déclaration universelle des Droits de l'arbre" rédigée par l'avocat Alain Lebrun (Liège) et qui devrait être présentée à l'UE. L’arbre, considéré non plus comme une chose, mais comme un être vivant, mérite le respect selon de nouvelles règles.
https://www.declarationuniverselledesdroitsdelarbre.org/appel-mondial-declaration-universelle-droits-arbre/


Le grave problème de la Santé publique a été abordé par les articles parus le 3.10.19 par BX1 et Le Soir. Voici un extrait : « Pendant la 2e canicule [de 2019], la surmortalité a été très élevée principalement à Bruxelles (jusqu’à presque 35 %). Une explication possible pourrait être un effet d’îlot de chaleur urbain.» Par déduction, les effets d’îlot de fraîcheur et d’anti-pollution dus aux arbres bénéficient à la santé et diminuent la surmortalité.

Fondamentalement, notre logique du respect de la nature - notamment en sa richesse de paysages, de biodiversité et d’effets écosystémiques - dans l’intérêt général… se confronte à la logique économique et financière qui accapare, instrumentalise ou détruit la nature (dont les arbres) au détriment de la planète, du vivant et de la qualité de vie.





2. Ces dernières années, il est devenu évident que :

- un arbre n’a pas seulement une valeur biologique, paysagère et culturelle, il a globalement une valeur écosystémique ;
- un arbre remplit de nombreux rôles écosystémiques (voir en annexe), dont un rôle d’oxygénation et donc de santé publique ; un gros arbre fournit de l’oxygène pour plus de 200 personnes ; un arbre capte le CO² et permet de lutter contre le réchauffement climatique, aide à la dépollution de l’air et à former un écran sonore, aide à former un îlot de fraîcheur ; il abrite 80 % de la biodiversité hors sol ; il contribue aux maillages vert et bleu urbains et péri-urbains ;
- l’abattage d’un arbre n’est pas un acte anodin ; c’est un acte irréversible ayant des conséquences paysagères, environnementales, biologiques, sociales, etc.
- la responsabilisation des autorités et de la population quant aux arbres (particulièrement en ville) progresse trop lentement ;
- il importe de préserver les arbres et d’obliger la replantation en nombre égal et de même valeur totale écosystémique et ornementale des arbres ;
- il importe désormais d’ajouter des arbres en ville afin de lutter pour le climat, la santé, le bien-être, et rafraîchir la ville durant la canicule;
- il importe que le meilleur de la gestion écologique de la Forêt de Soignes soit étendu à l’ensemble de celle-ci, notamment en lisière, et à la gestion des arbres en ville ;
- la carte d’évaluation biologique – non contraignante – devrait devenir obligatoire.

Le 21 mars 2019 qui était la Journée internationale des Forêts et, en mars-mai, la campagne électorale 2019 (régionale, fédérale, européenne) ont été deux occasions d’appuyer la défense de la nature, la lutte contre le réchauffement climatique, la préservation du patrimoine vert et de la biodiversité, la place de l’arbre en ville, le recensement des arbres en milieu urbain existants et abattus, le recensement des chemins vicinaux et la promotion/ création de cheminements verts, la révision du projet de réaménagement du parc de Forest, l'opposition aux projets immobiliers mettant à mal des espaces arborés ou verts, l'opposition aux abattages (non suffisamment justifiés) et aux élagages (exagérés et parfois non professionnels) drastiques d'arbres, l'opposition aux projets de mobilité qui saccagent les arbres, et à titre d’exemples :
l’opposition à la métroïsation (qui abattra les arbres de l’av. de Stalingrad et du square Riga), à la Mégaprison de Bruxelles-Haren (qui détruit une zone verte et agricole), au projet NEO (qui détruit le patrimoine vert du Heyzel), au projet d’école et de logements dans le poumon vert du Donderberg à Bruxelles-Laeken, au projet multiple d’Universalis Park dans le campus de la Plaine ULB à Ixelles, à l’urbanisation massive près du Canal à Anderlecht (abattage massif d’arbres), la dizaine de PAD (Médiapark, Josaphat, Heyvaert, Porte de Ninove, Loi, Debroux…), l’atteinte au Val d’Or à WSL, etc...

Heureusement, il y a des points positifs et la double bonne nouvelle en 2019 du potager Ernotte à Ixelles : l’annulation du PPAS par le Conseil d’Etat, la volonté de la nouvelle majorité communale de préserver cet espace de nature et ses qualités paysagères.
Il y a depuis novembre 2019 l’avis défavorable de la CRMS à propos du PAD Loi, l’avis défavorable de la Commune de Schaerbeek sur le PAD Josaphat, l’avis défavorable de la CRD (Commission régionale de développement) sur le PAD Médiapark.

 A l’évidence, il n’y a plus d’endroits faciles où construire en RBC et il faut prendre la décision politique courageuse de ne plus construire dans les espaces restés verts.

 Il s’impose, à l’instar de la décision de la Région flamande de 2016 à l’horizon 2040, et ce en application des résolutions de la COP 21, d’interdire toute construction dans les espaces verts ou assimilables ou potagers de toute la Région bruxelloise, et si possible de s’y conformer dès 2019, comme c’était le cas avant le PRAS dit démographique.

3. If faut réduire au strict minimum l’abattage d’arbres

Vu la difficulté de trouver des terres ou des lieux pour planter/ajouter des arbres, il est devenu impératif d’abattre le moins possible d’arbres et ce moyennant un examen sanitaire et ornemental complet, et en cas de grave danger moyennant l’autorisation du bourgmestre.

Il convient de réagir lors de toutes les enquêtes publiques, tant pour les projets publics que privés. Nous appuyons la revendication récurrente du CODA concernant les arbres :

« Nous réclamons un vrai coup de frein à la rage d’abattage. If faut réduire au strict minimum l’abattage d’arbres (au lieu de dizaines ou centaines d’arbres). Il faut exiger que les arbres présumés à abattre soient répertoriés (espèce, diamètres tronc et houppier, hauteur, état phytosanitaire, dangerosité, valeur ornementale, valeur écosystémique), et surtout soient transplantés ailleurs ou soient remplacés en totalité par des arbres de même ampleur (espèce identique ou équivalente, diamètre de tronc, volume du houppier) dans un lieu proche déterminé (convenu notamment avec les riverains et selon un plan dessiné précis) si possible avant l’enquête publique, au plus tard avant la délivrance du/des permis éventuels. Il faut imposer que la transplantation ou la replantation soit effectuée selon des règles sévères décrites dans le dossier mis à l’enquête publique puis dans le permis et soit terminée (+ attestation fournie par un expert de l’IBGE) avant la réception provisoire des travaux et que les sujets ensuite dépéris ou malades soient remplacés sous garantie jusqu’à 5 ans après la réception définitive des travaux.

A notre connaissance et selon l’avis d’experts, la transplantation d’un gros arbre revient à le condamner à court terme. Dès lors, il vaut mieux garder les arbres et bien les entretenir.
Il faut imposer que les (rares) arbres abattus, les arbustes et broussailles enlevés soient envoyés au compostage régional ; si possible, les arbres abattus seront vendus et ce au profit des finances communales.

NB : Un gros arbre fournit de l’oxygène pour plus de 200 personnes.
La valeur ornementale des arbres peut varier de 2000 € à 38000 € (valeur en 2010, cfr page 129, analyse du Parc de Forest, dossier Beliris mis à la concertation le 30.01.2018). (…)

 Nous déplorons le manque de souci de préserver les arbres et demandons l’engagement de replantation en nombre égal et de même valeur écosystémique et ornementale et d’au moins la même capacité d’absorption de CO² des arbres.»

Pour les espaces arborés et les parcs, les revendications ci-dessus peuvent être amodiées moyennant concertation avec les parties et le respect du développement durable.

4. Responsabilisation financière

La responsabilisation des autorités politiques et administratives et de la population quant aux arbres progresse trop lentement. Elle ne passera dans les mœurs que si l’on éduque que l’abattage d’un arbre n’est pas un acte anodin et que si l’on sensibilise financièrement.

Voici en annexe notre proposition (à débattre) de recommandation de responsabilisation financière et de tenue de l’inventaire régional des arbres abattus et plantés.

[ PG Arbres - Responsab financière - Inventaire arbres abattus MàJ 190818]

Au minimum et tout de suite, il faut inventorier les arbres abattus, le faire dans chaque commune et le regrouper chez Bruxelles Environnement. Et publier les statistiques, au moins annuellement et de préférence avant le 21 mars qui est la Journée internationale des Forêts.


5. Gestion écologique et protection des arbres :
Il importe que le meilleur de la gestion écologique de la Forêt de Soignes soit étendu à l’ensemble de celle-ci, notamment en lisière, et à la gestion des arbres en ville.

L’urgence climatique et l’urgence biologique sont reconnues mondialement (disparition des espèces animales et végétales, 6e extinction de masse).

Il est temps de se rendre compte que le Vivant se compose des humains, des arbres, des plantes, des fleurs, des animaux, de la faune, etc, et que toute cette biodiversité interagit.
Les arbres et les forêts sont essentiels à la bonne qualité de vie et à la survie des espèces, humains compris. Les arbres sont des alliés.
On (re)découvre seulement comment vivent les arbres (en communauté, en biodiversité).
Ces connaissances ne sont pas encore intégrées dans les diverses politiques, ni dans les 'soins' qui sont apportés aux arbres. Les arbres en ville forment une forêt urbaine qui doit rester vivante. Ils contribuent au maillage vert fonctionnel, à la valeur architecturale et culturelle, aux îlots de fraîcheur, à la biodiversité, à l’agriculture urbaine, à la vie, etc.

Il n’est plus tolérable de disposer des arbres comme d’un objet remplaçable ou maltraitable (coupure ou arrachage des racines et ce pire encore à moins de 1,75 m de l’axe du tronc, ainsi que l’absence de protection du tronc et du pied d’arbre contrairement à l’exigence de l’article 16 du RRU ; poubelles/débris/objets sur leurs racines, polluants divers, blessures du tronc ou arrachages de branches par véhicules et machines ou élévateurs, élagage drastique ou élagage juste après la canicule, stress hydrique non anticipé ou non compensé par un arrosage d’urgence et durant les 10-15 jours après la canicule ou sécheresse, surtout aux arbres en souffrance évidente, etc.).
Il serait erroné de réduire un arbre à sa seule valeur marchande ou énergétique (environ 200 € ou 20 € par rapport à la valeur ornementale de 2000 € à 38000 €, voir NB page 3, et par rapport à la valeur écosystémique qui est encore plus grande).

Dès lors, il convient de défendre notre vie ou survie d’humains, qui passe par celle de la nature et qui est celle de la nature. Nous continuons de prôner la sauvegarde et le respect de tous les arbres, nous voulons une 'forêt urbaine vivante' ...

Nous prônons d’inscrire des arbres supplémentaires dans la liste de sauvegarde et d’accroître le registre des arbres remarquables et des arbres classés.

Nous continuons de demander un moratoire sur l’abattage et l’élagage drastique des arbres jusqu'à ce qu'on intègre l'idée que nous ne vivons pas seuls sur un territoire, et aussi longtemps que des débats contradictoires n’auront pas combattu l’abattage de certains arbres lors des projets et des demandes de permis, en ayant insisté ici à nouveau que les autorités et Bruxelles Environnement (BE) soient très vigilantes lors des concertations publiques et des délivrances de permis. Ce moratoire serait d’au moins trois ans.

L’attitude ‘autistique’ de Bruxelles Moblité nous amène à demander de transférer la gestion des arbres de voiries de Bruxelles Mobilité (BM) à Bruxelles Environnement (BE), car BM semble trop inféodé à la mobilité et trop peu soucieux des arbres et des habitants.

Parmi les mauvais exemples, citons l’élagage drastique condamnant à mort les marronniers de l’Av. Albert à Forest et l’abattage en novembre 2019 de 17 marronniers vénérables de l’av. Churchill à Uccle, après le refus persistant d’une expertise supplémentaire et neutre pour préciser l’état sanitaire de ces arbres et corriger des incohérences dans le dossier afin de limiter l’abattage au strict minimum.

6. Planter pour ajouter des arbres

Le coup de fouet, c’est de planter/ajouter des arbres, car Planter un arbre est impulser un élan de vie et de biodiversité. Mais planter un arbre n’est pas un acte anodin non plus. Il faut des essences variées et bien choisies (acclimatées à nos régions ou résistantes aux futures conditions climatiques très chaudes ou très contrastées ; pour les alignements, et pour les espaces verts, séquencer dès que possible trois essences afin de mieux résister à des attaques biologiques et au stress hydrique).
Evidemment, le cahier de charges de (re)plantation doit rappeler les règles de bonne pratique, dont : un sol non imperméabilisé et suffisamment meuble autour de la fosse, une fosse de surface et volume suffisants (voir RRU article 18), la bordure de cette fosse devant être affleurante et non hors sol, une ‘terre’ meuble et nourrissante lors de la plantation, un arroge copieux juste après plantation, puis un arrosage régulier durant 2 ans, etc. Sinon les arbres se dessèchent et meurent comme à l’av. des Armures et av. de Kersbeek (Forest), au Bd de la Woluwe (WSP), etc.

Un constat est de plus en plus documenté : les boisés urbains jouent un rôle d'îlots de fraîcheur et atténuent les effets des îlots de chaleur. Afin de rafraîchir la ville, Paris a commencé la végétalisation des rues et des espaces ou constructions verdurisables (depuis 2017). Face aux épisodes de canicule répétés, Paris veut végétaliser ses rues.

Nous demandons à la Région d’impulser de planter/ajouter 1 000 000 arbres (1 arbre par habitant) dans notre ville-région ; et ce afin de bénéficier de tous les effets écosystémiques des arbres, en mettant l’accent sur les bienfaits pour l’effet de serre, le climat et la santé, les îlots de fraîcheur, le frein aux inondations, le regain de biodiversité.

Une réflexion analogue, quasi simultanée, a mené l’association environnementale BOS+ à demander de planter au moins 6 millions d’arbres en Flandre à court terme pour rafraîchir les villes et villages de plusieurs degrés, en période de canicule. (Belga)
https://www.levif.be/actualite/belgique/planter-6-millions-d-arbres-pour-faire-face-a-la-canicule/article-belga-1169037.html

Le chercheur belge JF Bastin a publié un article dans la revue Science (cfr son interview du 1.8.19 à la RTBF radio). Vu la capacité de captage/stockage de CO² par les arbres, la reforestation est un moyen simple et naturel de lutter contre le réchauffement climatique ; pour abaisser le CO² de la planète entière au niveau préindustriel, il faudrait boiser l’équivalent de la surface des USA. Cet article a été communiqué au GIEC.
https://www.rtbf.be/info/societe/detail_la-reforestation-la-meilleure-arme-contre-le-changement-climatique?id=10263389

Et un Guide de l’arbre en ville est paru : L'arbre en milieu urbain, acteur du climat en Région Hauts-de-France, ADEME, 2018. Ce guide corrobore nos constats, décrit plusieurs effets écosystémiques des arbres, affirme l’enjeu (rendre la ville résiliente et améliorer la qualité de vie), résume des exemples de bonne pratique en France et au Canada.
http://www.arbre-en-ville.fr/wp-content/uploads/2019/05/Guide20l27arbre20acteur20du20climat20en20milieu20urbain202018.pdf

En appui de notre revendication (citée en page 3) de transplanter les arbres ou de les remplacer en nombre égal ou en masse feuillue égale par des arbres de même ampleur écosystémique, nous demandons aux autorités un volontarisme triplement ambitieux :
a) obliger dans l’avis de concertation et dans le permis d’urbanisme que la transplantation ou la (re)plantation soit (de préférence) terminée avant d’entamer les travaux du permis d’urbanisme ;
b) instaurer une charge d’urbanisme qui oblige à planter des arbres de diamètre 12 cm minimum et à grande couronne, pour tout projet (p.ex. 1 % du budget prévisionnel), et de les avoir plantés (de préférence) avant d’entamer les travaux du permis d’urbanisme ;
c) instaurer un plan-programme de plantation régional 2019-2030 (et aussi des plans communaux) (et le budget) qui oblige à planter/ajouter chaque année une quantité d’arbres de diamètre 12 cm minimum et à couronne ample, soit en alignements de rue, soit en espaces publics ou espaces verts, soit sur des constructions verdurisables.

La prochaine révision du CoBat inclurait les obligations a) et b) ; le Plan Energie-Climat en cours de finalisation dans la Région et au niveau fédéral inclurait le plan c). La mise en pratique débuterait en automne 2019 (désormais début 2020) selon une circulaire, avant la future mise en vigueur officielle de ces réglementations.

Avant tout, il est primordial de bien entretenir les arbres, de les arroser en cas de longue sécheresse et/ou de canicule existante ou frôlée puis juste après, ce qui maintiendra à la fois les arbres en vie et l’effet de fraîcheur (notre dépit : notre cri d’alarme du 7.8.18 aux Ministres, à BE et aux Communes est resté sans réponse ; après la canicule du 25.7.19, et pire encore après la 3e vague de chaleur du 25.08.19, les rues sont jonchées de feuilles sèches comme en automne : du jamais vu en 80 ans !).

Certes, les arbres en milieu urbain créent un effet de fraîcheur et de protection solaire non seulement pour les humains, mais aussi pour la biodiversité floristique et faunistique qui vit sous ou dans leur canopée. Veiller au bon entretien des arbres, par leur arrosage suffisant avant/ durant/ après la canicule, assurera donc un retour multifacette sur ce travail. Il ne faut pas attendre que les arbres donnent des signes de dépérissement pour les entretenir ; il est alors trop tard : il faut anticiper l’arrosage de façon responsable et professionnelle (et ne pas simplement se dire contraint à l’abattage d’arbres suite à la sécheresse de l’été 2018, p.ex. dans le Parc Duden à Forest). Pour rappel, les règles de l’art et les cahiers de charge devront rappeler que tout arbre (re)planté ou transplanté depuis peu doit être arrosé parfois chaque jour, et a besoin de redévelopper sa structure racinaire durant au moins 2 ans ; il faut inclure une clause d’arrosage en cas de sécheresse et de canicule.

Mais diantre et tout de suite : puisque les études scientifiques prônent de planter des arbres pour satisfaire au climat et à la biodiversité, et puisqu’il est difficile de trouver en ville des lieux pour planter des arbres, pourquoi n’empêche -t-on pas de réduire au strict minimum l’abattage d’arbres et pourquoi n’éduque-t-on pas contre les élagages drastiques ?
Cela vaut aussi pour les haies. Hourra, la Wallonie et la Flandre ont décidé de planter des milliers de kilomètres de haies pour favoriser la biodiversité, la rétention des eaux de pluies et ainsi lutter contre l’érosion superficielle des sols et contre les inondations.

Pour information, les groupements naturalistes - au sein de la « La Nature qui se défend » - organisent une journée d’information publique pour déplorer les actes répréhensibles et revendiquer les bonnes pratiques, prévue début juin (p.ex. le 2 juin 2019).

Il importe dans l'immédiat de sauver les arbres de l'Av. Stalingrad à Bruxelles (station métro), les arbres le long du canal à Anderlecht, 397 arbres à la Cité administrative à Bruxelles à cause du projet immobilier RAC4, les centaines d’arbres menacés par les PAD, 4 platanes remarquables devant le Palais des Académies, des centaines d’arbres à l’Hippodrome de Boitsfort, et pareil dans le campus de la Plaine ULB, etc. et de ne pas mettre en danger la vie et la stabilité des arbres en coupant, arrachant ou meurtrissant leurs racines à 10-50 cm du tronc (Forest à l’av. de Neptune, Bruxelles à la petite ceinture… en 9/2019), en n’arrosant pas aussitôt ces arbres blessés, etc.
- - - - - - - - -

En conclusion, nous remercions par avance le Gouvernement de la RBC, avec le support professionnel de Bruxelles Environnement, de surseoir à l’abattage des arbres et de reculer d’autant les travaux qui devaient démarrer le 16 août, de décider un moratoire d’au moins 3 ans relatif à l’abattage des arbres et d’examiner la proposition ci-annexée de responsabilisation financière, de l’amender moyennant concertation avec les citoyens et de la promulguer ; nous avions souhaité une entrée en vigueur au 01.06.2019, désormais sans tarder, dès début 2020.
Nous insistons pour l’instauration et la tenue de l’inventaire des arbres abattus et plantés (cfr même annexe).
Nous demandons de transférer sans tarder la gestion des arbres de voiries de Bruxelles Mobilité (BM) à Bruxelles Environnement (BE).
Nous insistons sur l’instauration du volontarisme triplement ambitieux (demandé ci-dessus) et le respect des bonnes pratiques (cahier de charges, règles de l’art, arrosage à temps…).
Nous insistons pour l’extension de la liste de sauvegarde et des arbres remarquables, pour le classement de davantage d’arbres, pour rendre obligatoire la carte d’évaluation biologique, également sans tarder.

Fondamentalement, nous comptons sur la concrétisation obligatoire urgente d’une gestion écologique généralisée et de la protection/préservation des arbres.
Il est urgent d’entamer de planter/ajouter 1 000 000 arbres en région bruxelloise afin de rafraîchir la ville, de lutter pour le climat, la qualité de l’air et la santé. La difficulté de planter ce 1 000 000 d’arbres conduit à interdire sans faiblesse les abattages d’arbres, sauf impérieuse nécessité dûment argumentée…et plantation compensatoire (immédiate ou anticipée) imposée dans le permis.
Nous demandons à la RBC d’inscrire d’urgence le respect des Droits de la Nature dans sa Déclaration de politique générale, puis dans le Plan Nature, le PRDD, le Plan Energie - Climat, le CoBAT, le Plan Good Move, les PAD, les projets semblables à des PAD, etc.

Veuille le nouveau Gouvernement bruxellois concrétiser tout cela dans les faits dès début 2020 et par des décisions réglementaires au plus tard le 1.6.2020, en commençant par l’arrosage, le moratoire d’abattage, la protection des arbres (et de leurs racines), le transfert de la gestion des arbres de BM à BE.

Tout entretien verbal ou toute concertation – le plus tôt possible - sera bienvenu.e avec séparément vous Ministres, vous Bourgmestres et vous administrations, dont en priorité Bruxelles Environnement et le Fonctionnaire Délégué.

Adage : Sauver le poumon vert de l'Amazonie, ou Sauver les arbres poumon vert de Bruxelles, c'est le même remède pour sauver la planète, les gens et la biodiversité.

Adage : La nature mérite plus que le respect, elle a besoin qu’on l’aime.

Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, l’assurance de notre parfaite considération.


Pour le Collectif des Arbres, de la Biodiversité et de la Santé
Contact : André Robe 02 345 65 71 0489 075 399 robe.cmee@gmail.com


Annexe : PG Arbres - Responsab financière - Inventaire arbres abattus MàJ 190818

Arbres magnifiques et vénérables (parfois 1500 ou 2000 ans): mailbox:///C:/Users/Energie/AppData/Roaming/Thunderbird/Profiles/opuwfezi.default/Mail/pop.gmail-1.com/Inbox?number=10563&part=1.2&filename=Arbres%20magnifiques11.pps

Santé - Contre les pandémies, l’écologie, par Sonia Shah (Le Monde diplomatique, mars 2020)

Santé, article de Nicolas de Sadeleer (Pr de droit européen), avril 2020 : http://www.internationalaffairs.org.au/australianoutlook/covid-19-is-an-environmental-crisis-too/


En soutien : (liste antérieure à revalider)

Antenne de quartier Branly Marconi 1190 Forest
Antenne de quartier Cureghem 1070 Anderlecht
Antenne de quartier Neerstalle Ruisbroek 1190 Forest
AQABEF (Association des Quartiers
d’Auderghem, Boitsfort, Etangs et Forêt) 1160 - 1170 Bruxelles
ASEPRÉ – Association pour la Sauvegarde de
l’Environnement et la Promotion du Réseau Écologique, 1200 Bruxelles
BRAL vzw 1000 Brussel
CitoyensForest1190 1190 Forest
CityZen1060 1060 Saint-Gilles
CODA (Comité de Défense de l’Altitude Cent) 1190 Forest
Codes 1060 Bruxelles
Comité Aquilon & environs 1200 Woluwe Saint Lambert
Comité de quartier Bertrand 1190 Forest
Comité de quartier Longchamp Messidor (Churchill) asbl 1180 Uccle
Comité de quartier Mediapark, 1030 Schaerbeek
Comité du quartier Meunier asbl 1190 Forest
Comité de quartier Notre-Dame-aux-Neiges 1000 Bruxelles
Comité de quartier Ophem &Co 1180 Uccle
Comité Sauvez le Quartier Riga 1030 Bruxelles
Comité Sauvez la Plaine (Campus ULB) 1050 Ixelles
Comité Tervueren-Montgomery, 1040 – 1150 - 1200 Bruxelles
Comités de quartier du Haut Woluwe 1200 Woluwe Saint Lambert
Fix My Tree 1210 Bruxelles
Forest-Inter-Quartier 1190 Forest
Global Tree Rights Movements 1210 Bruxelles – 8000 Brugge
Inter-Environnement-Bruxelles asbl 1070 Bruxelles
Land Resources Initiatives 1140 Evere
Les Amis de la Forêt de Soignes asbl, 1030 Bruxelles
Neptune Quartier Durable asbl 1190 Forest
"Oude Vaart Noord" (Aalter) 1160 Oudergem - Aalter
OXY 15, Mon quartier, Ma vie asbl 1180 Uccle
QuartierWielsWijk 1190 Forest
Riverains du Val d’Or à WSL 1200 Woluwe Saint Lambert
Solvertsport 1170 Bruxelles
Stop-Inondations 1190 Forest
Wolu-Inter-Quartiers ASBL 1200 Bruxelles
Mise à jour 200203

André ROBE (1190 Bruxelles, 2020-05-03)

#656

Je suis né là, je suis citoyen du monde

David Genette (Sambreville , 2020-05-03)

#657

C'est le devoir de la Ville de Namur de protéger son patrimoine naturel.
De plus c'est un crime envers la biodiversité locale que de procéder à un abattage en période de nidification.
Je suis en colère contre la désinvolture de la Ville de Namur en ce qui concerne les dossiers liés à l'environnement ces dernières années.

Sylvain GERREBOS (Redu, 2020-05-03)

#659

Il faudrait arrête de dénaturaliser la ville

Pauline Vandurme (Namur, 2020-05-03)

#660

Je signe parce que c'est un bel arbre et qui donne tout son charme à cette petite place. Alors NON NE L'ABATTEZ PAS S'IL VOUS PLAÎT. Les promenades sans cet arbre pour s'arrêter un instant sous ses branches n'auront plus leurs charmes....

Christiane Loncol (ERQUELINNES, 2020-05-03)

#663

C'est scandaleux!

Daniel Van Impe (Chatelet, 2020-05-03)

#665

A nous de nous adapter à la nature. Pas le contraire. Ce arbre a le droit de vivre sa vie au même titre que nous les humains

Anne Georlette (Rixensart , 2020-05-03)

#668

Honte de sacrifier un si bel arbre pour un casino, il faudrait que l'homme commence à vivre avec la nature et pas contre celle ci

Gauthier Lemoine (Antheit, 2020-05-03)

#674

Je veux que cet arbre continue de vivre

Isabelle Frippiat (Sombreffe ( Namur), 2020-05-03)

#676

parce qu'on lutte contre la déforestation et que cet arbre est certainement centenaire, il est magnifique, couper le casino plutôt !

Stephanie Rahyr (Fréjus, 2020-05-03)

#677

La nature a priorité sur l'homme.

Wesley Mendez (Mons , 2020-05-03)

#679

Je signe parce qu'il est magnifique et ne mérite pas de mourir. En plus, on devrait replanter des arbres, au lieu de les couper.

viviane tits (LIEGE, 2020-05-03)

#681

Je signe parce que je ne veux pas qu on abatte les arbres du casino.

Anne Vandenbergh (Jambes, 2020-05-03)

#688

Les vieux arbres nous parlent des générations passées, ils sont les âmes de notre patrimoine géographique et historique, ils nous aident å vivre dans le monde présent reliés å nos ancêtres et å l'univers...Ne tuez pas nos vieux arbres au nom de l'économie, ce serait asphixier un peu plus nos vie psychiques...

sophie Ryckmans (Beauvechain, 2020-05-03)

#690

Marre de voir toute cette nature détruite pour du mercantile

colette matton (Rixensart , 2020-05-03)

#692

En signant, j'autorise Marcel Guillaume à remettre ma signature à ceux qui ont le pouvoir en la matière

Hélène Dupont - Cobut (Floreffe , 2020-05-03)

#696

Je suis namuroise de coeur et que beaucoup trop d'arbres ont déjà disparus !!!

Andréa Màté (Faulx les Tombes, 2020-05-03)

#700

Tout arbre est un garant de la Vie

Jean Marc Tamigneaux (Nivelles, 2020-05-03)

#707

J’ai fait toutes mes études secondaires et universitaires à Namur . J’attendais ma maman au pied de cet arbre . Prevot n’en s rien a faire de la nature

Isabelle Doneux (Saint Gérard , 2020-05-03)

#712

Tu veux de l'eau, plante un arbre. Tu veux de l'ombre, plante un arbre. Tu veux entendre les oiseaux, plante un arbre. Tu veux la vie, plante un arbre.

Aurore Debiève (Chièvres, 2020-05-03)

#713

Je signe car l argent semble avoir pouvoir sur toute nature et que s il est parfois possible de freiner, par une signature, la propagation des hommes riches et solidaires a leurs engraissement financier . Je le fait !

Thomas Jolet (Liege, 2020-05-03)

#714

Les arbres sont nos poumons !

Geneviève Bastin (Namur , 2020-05-03)

#719

parce qu'on peut vivre sans casino, mais pas sans arbres

Joël LINDEBOOM (Comines, 2020-05-03)

#728

J'ai vécu à Namur 35 ans. J'Y VIENS SOUVENT. J'en apprécie le cadre et est espaces verts. J'ai organisé le parcours des arbres remarquables de la commune. Ce hêtre est une des plus beaux . Il ne peut être abattu que s'il est trop vieux et un danger pour les personnes qui viennent ou vivent à Namur.

Jean REILAND (RAMILLIES, 2020-05-03)

#732

Quand va-t-on donc arrêter ces massacres pour des raisons mercantiles? Moi qui était si heureux de venir habiter la commune de Namur!

André Smoos (Malonne, 2020-05-03)

#733

Il est temps de reclimatiser les villes,suite au réchauffement climatique. Pour les décideurs,le pognon compte plus que la nature. Nous citoyens comptons quant il faut voter, puis après nous comptons plus. A quant une politique qui tient compte des citoyens.

Maurice Tichon (Namur, 2020-05-03)

#738

J'ai pu observer ce hêtre en détail et qu'il mérite son statut d'arbre remarquable, ce que ne sera jamais ce Casino ...

Paul Gourgue (Fernelmont, 2020-05-03)

#744

je suis namurois qui vis maintenant en france

benoit pirsoul (les issambres, 2020-05-03)

#751

Je vois avec une immense tristesse trop de grands arbres d'un âge respectable être abattus et j'en ressents une grande perte.

Thomas Bazan (Ormeignies , 2020-05-03)

#755

parce qu'il faut que ça change !!!!

adeline colabella (louvignies quesnoy, 2020-05-03)

#757

pour la vie de la nature

isabelle levard (St Hilaire de Riez, 2020-05-03)

#758

1. Ce n'est pas la période pour abattre un feuillu en pleine sève et période de nidification ; cfr Ministre Collin et commission Européenne :
Taille des haies et arbres: interdite du 1er avril au 31 juillet.
2. Profiter du corona et du confinement consécutif pour éviter toute manifestation est tout simplement scandaleux.

MICHEL COLLARD (5100 Jambes, 2020-05-03)

#764

Cleeren dimitri

Dimitri Cleeren (Colfontaine , 2020-05-03)

#765

Non à l'abattage

Patty Van Heuverswyn (Namur, 2020-05-03)

#772

Encore l'argent qui domine la beauté, tt ça pr faire un complexe affreux rempli de béton à la place de laisser notre belle nature !

Pascal Marion (Wierde , 2020-05-03)

#773

Les arbres sont d intérêts publique et ont une histoire...c est un patrimoine inestimable. Cet arbre est magnifique...pourquoi avoir construit au pied ?

Patrice Poret (Yébleron , 2020-05-03)

#774

Je signe parce que la nature met des dizaines d’années à permettre la croissance d’arbres de ce type, que malgré les événements actuels, certains n’ ont toujours pas compris qu’il faut prendre soin de cette nature et de la planète et cesser de faire passer le profit avant tout le reste.

Valerie Tessier (Engenville , 2020-05-03)

#776

j'estime que c'est un assassinat - irresponsable! vous n'avez toujours rien appris?

Maria Borremans (Anvers Belgique, 2020-05-03)

#781

Stop à l abattage des arbres je vous rappelle que c'est grâce à eux que nous/vous respirons !!!!

Magaly Léger (Callian, 2020-05-03)

#785

Stop au carnage !!!

Angélique Crefcoeur (Namur , 2020-05-03)

#789

Cet arbre fait partie de notre patrimoine historique, naturel et sentimental au même titre qu'un belle cathédrale ou un château. En outre, il abrite une centaine d'oiseaux et de petits animaux qui y trouvent refuge. Que voulez-vous léguer à vos petits enfants? Du béton et du plastique?

Cécile de Wit (Ramillies, 2020-05-03)

#791

C'est du n'importe quoi ! On n'abat pas un arbre remarquable ou quelqu'arbre que ce soit qui ne porte pas atteinte à la sécurité de quiconque ! Marre de tout ce fric qui dirige tout !

Nathalie MARTIN-SCHMETS (NAMUR, 2020-05-03)

#792

Cet arbre embellit l’entrée de Namur depuis bien longtemps

Sasha Pokorny (Namur, 2020-05-03)

#793

Qui sommes-nous pour décider du droit à la vie d'un arbre qui a vu le jour bien avant nous et vivra bien plus longtemps que la majorité d'entre nous ?

Pierre Geron (Liège, 2020-05-03)

#796

Les arbres sont notre oxygène !!! Stop à cet abattage massif au nom du profit !!!!

véronique jacqmin (malonne, 2020-05-03)

#797

Le sauvetage des espaces verts en ville est une priorité

Martine Mueller (Nivelles, 2020-05-03)