Gisele Halimi au Panthéon

Gisèle Halimi mérite sa place au Panthéon, la France lui doit beaucoup.

Voici son parcours de vie hors du commun :

Elle naît le 27 juillet 1927 dans le quartier populaire de La Goulette, près de Tunis et son enfance dans une famille conservatrice motive son combat féministe dès son plus jeune âge.

Elle entame une grève de la faim à 10 ans, pour appuyer son droit à la lecture et réussit très jeune sa scolarité là où ses frères échouent.

À 13 ans, elle commence à nouveau une grève de la faim afin de ne plus avoir à faire le lit de son frère.

Au bout de trois jours, ses parents cèdent et elle écrit alors dans son journal intime : « aujourd'hui j'ai gagné mon premier petit bout de liberté ». Des années plus tard, elle estimera qu'elle avait en elle « une rage, une force sauvage, [elle voulait se] sauver ». 

Après des études au lycée Armand-Fallières de Tunis où elle est boursière, elle fuit un mariage arrangé avec un marchand d’huile pour ses 15 ans, et obtient à 16 ans de faire ses études de droit en France. Licenciée en droit et en philosophie à Paris, elle est aussi élève à l'Institut d'études politiques de la capitale.

En 1949, elle entre au barreau de Tunis pour plaider de petites affaires puis défendre des syndicalistes et des indépendantistes tunisiens. Elle poursuit ensuite sa carrière d'avocate à Paris à partir de 1956, et est élue députée par le peuple français de 1981 à 1984 à l’Assemblée Nationale.

Engagements:

-La décolonisation:

Fortement engagée dans plusieurs causes, Gisèle Halimi milite pour l'indépendance du pays où elle est née, la Tunisie, mais aussi pour l'Algérie.

-La Guerre du Vietnam et la présidentielle de 1965:

Elle présidera une commission d'enquête sur les crimes de guerre américains au Viêt Nam.

-Le droit à l'avortement:

Figure majeure du féminisme, Halimi est signataire en 1971 du Manifeste des 343, parmi 343 femmes qui déclarent avoir avorté et réclament le libre accès aux moyens anticonceptionnels et l'avortement libre. Aux côtés notamment de Simone de Beauvoir et de Jean Rostand, elle fonde en 1971 le mouvement féministe “Choisir la cause des femmes” et milite en faveur de la dépénalisation de l'avortement. Elle succède à Simone de Beauvoir à la présidence de cette association à la mort de celle-ci.

- Le procès de Bobigny et la criminalisation du viol:

Au procès de Bobigny en 1972, qui a un retentissement considérable, elle obtient tout d'abord, au tribunal correctionnel, la relaxe pour Marie-Claire, une jeune fille de 16 ans qui avait avorté clandestinement après un viol. Elle obtient aussi du sursis pour la mère et la relaxe pour les deux amies qui ont aidé Marie-Claire ; elle a fait de ce procès une tribune contre la loi de 1920. Ce procès contribue à l'évolution vers la loi Veil, votée en décembre 1974 et promulguée en janvier 1975, sur l'interruption volontaire de grossesse.

Monsieur le Président, introniser Gisèle Halimi au Panthéon est un geste politiquement fort. C’est acter la grande cause du quinquennat et affirmer la reconnaissance de l’État français à ses combattantes, c'est rendre hommage à Gisèle Halimi pour son combat républicain en faveur droits des Françaises et des Français, c’est l’honorer en la plaçant aux côtés de Simone Veil, Marie Curie, Geneviève De Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion et Sophie Berthelot, figures de proue de la France humaniste que l'on veut toutes et tous. 

Inhumer une sixième femme au Panthéon parmi les soixante-quinze hommes qui y reposent, c’est aussi contribuer largement à la parité dans la politique mémorielle de la France, et rester fidèle à la grande cause du quinquennat.

Gisèle Halimi est un symbole fort d'intégrité, d'intégration, de courage, de force, de persévérance, une visionnaire qui oeuvré pour les droits fondamentaux des francaises. 

Si Gisèle Halimi se voit refuser l’inhumation au Panthéon, qui donc peut prétendre en être plus digne qu’elle ? 

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Eliz Murad à remettre ma signature à ceux qui ont le pouvoir en la matière.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitionenligne.be à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas confirmer votre signature en répondant à ce message.

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...