#libre d’appeler sa mère ou son père: pour tous les enfants de divorcés/séparés

Saviez-vous qu'aujourd'hui on peut priver un enfant du droit de parler à l'un de ses parents sans aucune justification ? Invraisemblable… pourtant c'est ce que vivent des dizaines de milliers d'enfants, victimes des séparations dites "conflictuelles".

Dans ces contextes, trop souvent, le parent gardien dénie à l'enfant la liberté fondamentale de parler librement à l'autre parent.

Il est courant que le moyen de communication offert à votre enfant soit confisqué par l'autre parent. Dans ce cas, la réponse de l'avocat est : "Vous faites un cadeau, l'autre parent le confisque, c'est dans son droit."

Si vous essayez de joindre votre enfant au domicile de son parent gardien, l’appel peut être facilement mis en échec.

Et si vous saisissez le juge aux affaires familiales "pour si peu", vous ferez figure de parent non coopérant en opposition au "gentil" parent et vos droits parentaux risqueront de se réduire comme peau de chagrin.

Aucune institution, aucun service social n'a pour mission d'en vérifier la bonne application.

Actuellement, des dizaines de milliers d'enfants sont réduits au silence et en souffrent. Personne pour les écouter.

La période de séparation peut aller au mieux d’1 semaine en garde alternée dans le "meilleur" des cas mais parfois dans le pire des cas, la séparation - selon l'éloignement géographique et la période des vacances scolaires - peut durer jusqu'à plusieurs semaines pour un enfant qui a légitiment besoin de ses DEUX parents.

Au-delà de l'aspect "pratique" du problème de communication, la maltraitance psychologique apparaît en filigrane.

En effet nier le droit à la parole d'un enfant, nier ses besoins et son ressenti, nier sa liberté c'est tout simplement nier son existence en tant que personne.

Tient on compte de sa souffrance, de sa solitude ou de son sentiment d’abandon ?

-       Je demande à ce que l’usage d’un moyen de communication vocal et/ou vidéo soit librement autorisée aux enfants qui souhaitent contacter leur mère, leur père, leurs grands-parents.

-       Je demande qu’il soit interdit au parent gardien de confisquer ce moyen de communication.

- Je demande , et ce pour éviter tout abus , qu'une périodicité de contact soit établie. 

 

 Car au-delà du moyen de communication ce sont les droits de l’enfant qui sont confisqués.

Je demande à ce que dans ces situations toute forme de pression psychologique sur enfant soit régulièrement évaluée par des professionnels indépendants.

Stop au silence ! Faites du bruit ! Signez, partagez et repartagez !

Nous vivons dans une société dite civilisée et dont nous sommes fiers, faisons-en sorte qu’elle le soit pour tous et avant tout pour nos enfants.

 

 


Ligue des familles    Contacter l'auteur de la pétition

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Ligue des familles à remettre ma signature à ceux qui ont le pouvoir en la matière.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitionenligne.be à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas confirmer votre signature en répondant à ce message.

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...