Respect pour les travailleurs des titres-services / Respect voor de dienstencheque-werknemers

petition_42.png

 

Tekst in het Nederlands hieronder

Nous, utilisateurs, travailleuses et travailleurs des titres-services ou simplement défenseurs des droits sociaux, souhaitons rappeler notre attachement au bien-être et à la santé des quelque 140.000 travailleuses et travailleurs qui exercent une prestation dans le cadre de ce système pour plus d'1 million d’utilisateurs.

Nous sommes très inquiets de voir que le gouvernement fédéral et la fédération patronale FEDERGON ne font pas le nécessaire aujourd’hui pour que la santé de ces travailleuses et de ces travailleurs soit préservée et que leurs revenus, souvent hélas très bas, soient au minimum maintenus dans le cadre de la crise du COVID 19 que nous traversons.  

Nous demandons donc au gouvernement fédéral de retirer le secteur des titres-services de la liste des secteurs essentiels. En effet, même si l’aide de proximité qui est fournie par ces travailleuses et ces travailleurs est importante pour les utilisateurs, elle n’est pas indispensable au bon fonctionnement de notre société et de notre économie. Considérer ce secteur comme essentiel, c’est le maintenir en activité et faire ainsi fi de la santé des travailleuses et des travailleurs et d'ailleurs aussi de celle du million d’utilisateurs chez qui ils travaillent. D’autres solutions existent pour soutenir dans leur vie quotidienne les personnes les plus fragilisées et le secteur des titres-services ne doit pas s'y substituer.  

Nous demandons également à la fédération patronale FEDERGON de respecter enfin les travailleuses et travailleurs des titres-services en leur octroyant une juste indemnisation complémentaire au chômage temporaire pour force majeure et, plus particulièrement, en leur octroyant au minimum l'indemnité journalière de 2€, prévue par la convention collective de travail du secteur. Refuser l’octroi de ce complément, c’est en effet précipiter de très nombreuses travailleuses et de très nombreux travailleurs, et parfois des familles entières, dans la pauvreté.

-------------------------------------------------------------

Wij zijn gebruikers, dienstencheque-werknemers of gewoonweg voorvechters van sociale rechten, en zitten in met het welzijn en de gezondheid van de ongeveer 140.000 werknemers die in het kader van dit systeem diensten verlenen aan meer dan 1 miljoen gebruikers.

Het baart ons grote zorgen dat de federale regering en de werkgeversfederatie FEDERGON vandaag de dag niet doen wat nodig is om ervoor te zorgen dat de gezondheid van deze werknemers behouden blijft en dat hun lage inkomen, maximaal behouden wordt voor werknemers die nu door de Corona-crisis zonder werk zitten.

We vragen de federale overheid dan ook om de dienstenchequesector te schrappen van de lijst van essentiële sectoren. Hoewel de lokale hulp van deze werknemers belangrijk is voor de gebruikers, is deze niet essentieel voor de werking van onze maatschappij en economie. Als we deze sector als essentieel beschouwen, negeren we de gezondheid van de werknemers en die van één miljoen gebruikers waarvoor ze werken. Er bestaan andere oplossingen om de meest kwetsbare mensen in hun dagelijks leven te ondersteunen, en de dienstenchequesector mag hen niet vervangen.

Wij roepen de werkgeversfederatie FEDERGON ook op om eindelijk de werknemers van de dienstencheques te respecteren door bovenop hun uitkering tijdelijke werkloosheid, zoals in bijna alle sectoren, een billijke bijkomende vergoeding toe te kennen voor tijdelijke werkloosheid als gevolg van overmacht, en in het bijzonder door hen ten minste de dagvergoeding van 2 euro toe te kennen die in de collectieve arbeidsovereenkomst van de sector is voorzien. Weigeren om deze toeslag toe te kennen zou vele, vele werknemers, en soms hele gezinnen, in de armoede storten.

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Florence Lepoivre à remettre ma signature à ceux qui ont le pouvoir en la matière.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitionenligne.be à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas confirmer votre signature en répondant à ce message.

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...